Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2013 6 02 /11 /novembre /2013 21:07

 

" De tous temps, le bonheur a été le but de toute société et de tout être humain. Mais qu'il s'agisse d'un peuple ou d'un individu, le problème reste complexe, et de plus en plus complexe, à mesure que se développe la société moderne, avec tous ses bienfaits, mais aussi tous ses maux.

 

Si on demande : qu'est-ce que le bonheur? La réponse paraît simple et évidente : c'est d'être heureux, d'être pleinement satisfait. Mais en réalité, ce n'est pas si simple, surtout quand on se pose la question : comment faire pour être heureux?

 

Car le bonheur n'est jamais un cadeau qui tombe du ciel. C'est toujours un rapport entre soi-même et les autres. Il y a dans le bonheur une part de soi, et une part de l'autre. Ce sont les autres qui font le bonheur de soi, et inversement. C'est comme pour applaudir, il faut les deux mains, une seule main ne peut pas le faire. L'homme ne peut pas vivre seul et être heureux seul, il n'est heureux que grâce aux autres, du fait qu'il fait partie d'une communauté. Autrement dit, s'il veut être heureux, il lui faut compter avec les autres.

 

Il y a un proverbe très ancien qui dit : "Le malheur des uns fait le bonheur des autres". Ceci est en réalité un constat plein d'amertume. Malheureusement, il est toujours "valable" même de nos jours, tant qu'il y a des hommes qui édifient leur fortune sur le dos des autres.

 

Le bonheur a un visage diversifié : bonheur personnel, bonheur d'une communauté, d'une société... Le bonheur pour tout un peuple est différent du bonheur individuel. La tâche qui incombe à un gouvernement de rendre une nation heureuse privilégie l'aspect humain et pragmatique, tandis que la recherche du bonheur pour l'être humain dépasse souvent la dimension purement temporelle.

 

De même, le bonheur dépend du niveau de conscience de chaque individu. Il y a des gens qui se contentent de "petits bonheurs", d'instants de satisfaction ou de plaisir quotidiens; mais il y a des gens qui recherchent plutôt un bonheur plus grand, plus profond, comme la satisfaction d'accomplir un devoir moral envers leur famille ou la société, ou un projet utile pour la communauté, et même pour l'humanité toute entière.

 

On ne peut bien définir le bonheur que par son contraire, le malheur.

Le malheur, c'est comme l'ombre sur un tableau qui fait ressortir les couleurs - qui représentent ici le bonheur. En effet, quand on pense à tous ces "malheurs" qui pèsent sur notre vie, et qui font obstacle au bonheur des peuples comme à celui de tout un chacun, on constate qu'ils sont innombrables! Ce sont, en réalité, des éléments qui engendrent le malheur, mais au niveau de l'individu, un seul de ces éléments peut être la cause de son malheur, par exemple: le deuil (la mort d'un être cher), la maladie, la souffrance morale, la guerre, l'injustice, la servilité, le manque de liberté, l'égoïsme (le manque de solidarité), la pauvreté, l'ignorance, la haine, la violence, etc...

 

Il est évident que certaines causes ne dépendent pas des humains, comme : la mort, la maladie; mais toutes les autres dépendent bien de notre volonté et de nos rapports entre humains, que ce soit entre nations ou entre individus.

 

Au contraire, la santé, la paix, la sérénité, l'amour, l'amitié, la fraternité, la liberté, la connaissance, la bonté, l'honnêteté, la générosité, l'altruisme, etc..., peuvent nous procurer du bonheur.

 

De tous les éléments énumérés, également importants, il en ressort un, primordial, c'est l'altruisme. C'est précisément le contraire de l'égoïsme, un fléau de tous les temps, mais surtout de notre temps.

 

Un mot sur l'égoïsme : l'égoïsme réside précisément dans le manque d'amour et de générosité pour les autres. Fondamentalement, il naît de la peur de perdre ses propres intérêts aux dépens d'autrui. En dernière analyse, la personne qui est égoïste n'a pas d'idéal de vie : à la limite, elle vit au jour le jour, sans véritable projet à long terme, sans but moral, n'étant pas consciente du sens véritable de la vie, qui est de bâtir un avenir meilleur pour soi et pour les autres.

 

En fin de compte, le problème du bonheur appelle un autre problème plus général et plus profond, c'est le sens de notre vie. Si nous ne vivons que pour nous-mêmes, d'abord matériellement, ce n'est pas possible, parce que nous dépendons beaucoup des autres; et moralement, cela ne tourne qu'à notre désavantage, car nous ne pourrons pas bénéficier de la solidarité des autres. De toute façon, il faut se faire mutuellement des concessions, ne serait-ce que dans les rapports de voisinage, sans parler des rapports beaucoup plus importants et baucoup plus délicats comme le rapport entre mari et femme, surtout dans les jeunes couples, entre parents et enfants.

 

La vie dans son ensemble, est comparable à un projet à long terme, qui a un but et un processus pour atteindre ce but. Si ce but est moral, c'est-à-dire, s'il est profitable aux autres, le bonheur est à tout instant, dans chaque action que nous faisons dans cette intension; et il est entier, au bout du processus, quand nous aurons atteint ce but.

 

S'il y a une formule magique à proposer, je proposerais : "Le bonheur de soi-même passe par celui des autres", autrement dit : Le but de notre vie => le  bonheur des autres => le bonheur de soi-même."

 

 

Réflexions sur le thème du bonheur écrites par mon père en 2007 (suite à la Rencontre :"Etre heureux de nos jours... Et si on en parlait?")


 

En pensée à Bố dont nous célébrions l'Anniversaire de la mort en ce jour.

Que ton humanisme continue de vivre en nous


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ophélie Conan 04/11/2013 20:47

C'est vraiment une très belle réflexion de votre père, chère Ondine. Comme il le dit fort justement, la question du bonheur n'est pas simple et les ingrédients du bonheur sont assurément
diversifiés et dépendent de tas de paramètres très variables selon les individus. Alors, il n'y aura donc pas une définition universelle. Moi, j'aime bien celle de Marguerite Yourcenar: "Tout
bonheur est une innocence." C'est un état qui me paraît, en effet, prendre ses racines dans l'insouciance de l'enfance. Être conscient de l'avenir rend certainement malheureux...
Dommage!
Je vous embrasse, chère Ondine,
Ophélie

Ondine 05/11/2013 19:03



Chère Ophélie,


J'aime aussi cette belle définition du bonheur


Le vôtre, rempli d'amour, d'innocence coquine et de créativité, me donne de la joie :)


Le bonheur des un(e)s fait aussi le bonheur des autres!


Soyez heureuses!


Je vous embrasse, ainsi que vos amies



philippe 04/11/2013 17:33

Une certaine forme de bonheur ma manqué dans mon enfance, je l'ai cherchée à m'en perdre, désormais et l'âge aidant je le cultive et le distribues avec parcimonie aux personnes qui le méritent.

Un texte qui plein d'évidences...

Bises.

Philippe.

Ondine 05/11/2013 19:05



Merci Philippe de tes mots émouvants


Profite bien de ton bonheur présent :)


Je t'embrasse, ainsi que ton amoureux



Marie Minoza 03/11/2013 14:15

le bonheur est petit mot magique à distribuer autour de nous...

Ondine 05/11/2013 19:06



Merci Marie pour ce joli partage de bonheur!



alain 03/11/2013 12:04

Bonjour Ondine,
J'ai lu avec un grand intérêt cette réflexion sur le bonheur et je m'y retrouve bien. Donner du bonheur aux autres, c'est ce que tu fais en nous offrant ce précieux partage. Merci à Lui et à
Toi.
Bisous et bon dimanche
Alain

Ondine 05/11/2013 19:07



Merci Alain pour mon Papa et moi


Je suis émue que son texte t'ait plu


Bisou



Jackie 03/11/2013 06:45

Un grand merci pour ce superbe texte qui ouvre le chemin du coeur.
Passe un bon dimanche
Bises

Ondine 05/11/2013 19:08



Merci Jackie pour mon père


Tes mots me touchent


Bisou



Présentation

  • : Le blog de Ondine
  • Le blog de Ondine
  • : Amoureuse de la Femme, de la Musique et de la Poésie, j'aime tout ce qui célèbre la Beauté et la Vie
  • Contact

Blog protégé

Merci de ne pas copier mes photos

 

 sceau1ah.gif


 00048942


link